Les désinfectants : l’arme contre les infections

Que contiennent les désinfectants qui sont utilisés pour prévenir les infections sur les plaies ? La chimie médicale propose deux solutions principales : l’hypochlorite de sodium, le premier désinfectant moderne utilisé pendant la Première Guerre mondiale, et le peroxyde d’hydrogène, notre eau oxygénée courante.

Pour limiter les risques, en présence d'une plaie, il faut avant tout éviter les infections. Les bactéries et autres substances dangereuses n’attendent rien d’autre qu’une plaie qui leur ouvre la porte d'entrée pour s'infiltrer dans le corps humain. La seule solution pour prévenir ce type d'agression externe est le désinfectant, un remède proposé par la chimie médicale pour éradiquer ces indésirables. L’utilisation du désinfectant a deux objectifs : d'une part, mettre la plaie à l’abri des infections ; de l’autre, limiter le risque de contagion d’éventuelles pathologies (hépatite B, hépatite C, VIH, maladies bactériennes, mycoses, etc.) pour le personnel médical.

Rapide, polyvalent et compatible : le désinfectant idéal

Le désinfectant parfait doit satisfaire de nombreux critères pour être réellement efficace : vaste champ d’action contre les différentes formes microbiennes et virales, action rapide, tolérabilité et compatibilité avec les tissus sur lesquels il est appliqué. Le désinfectant idéal ne devrait jamais interférer avec la lésion.

Les radicaux libres : l’action du désinfectant contre les bactéries

Le désinfectant est censé avoir une action bactéricide sur la plaie : il s’agit d’une opération de nettoyage qui met la plaie à l’abri de toute tentative de colonisation des bactéries. L’action bactéricide du désinfectant est liée à une action d’oxydation. En effet, la solution, au contact des bactéries, émet des radicaux libres qui visent à prévenir l’apparition de l’infection en l’oxydant.

Le désinfectant d’origine : la solution Dakin-Carrel

Encore aujourd’hui, la majeure partie des désinfectants proviennent de la première forme de soin moderne, la solution Dakin-Carrel à base d’hypochlorite de sodium inventée à la fin du XIXème siècle. Evidemment, aujourd’hui, les préparations sont moins toxiques que la formule originale mais il faut se rappeler que la solution Dakin-Carrel a été le principal soin utilisé pendant la Première Guerre mondiale. Mais de quoi s’agissait-il exactement ? La solution était une variante, avec des contre-indications mineures, du principe actif de l'eau de javel.

Les désinfectants d’hier et d'aujourd’hui

L‘hypochlorite de sodium découverte il y a plus de 100 ans est encore aujourd'hui l'une des solutions de référence pour les désinfectants même si la composition n'est plus celle de la fin du XIXème siècle. On la trouve dans le commerce sous des concentrations qui varient de 1,5 à 15%. Pour l’usage domestique, la concentration ne dépasse pas généralement 5% de chlore actif.

Désinfectants : connaître l’eau oxygénée

L’eau oxygénée est un autre désinfectant. Découverte au début du XIXème siècle, sous le nom scientifique de peroxyde d’hydrogène, il s'agit d'un composé chimique liquide d'aspect similaire à celui de l'eau avec laquelle il peut être dilué. A l’instar de l’hypochlorite de sodium, l’eau oxygénée désinfecte également par oxydation mais est moins efficace et a une action bactéricide moindre par rapport à celle de l’hypochlorite.

Cela vous a-t-il été utile?

Ce formulaire ne prévoit pas de réponse. Pour toute question ou demande d'informations, veuillez utiliser le formulaire de la page "Nous contacter"

Cela peut aussi vous intéresser:
  • Après une intervention chirurgicale, votre plaie opératoire a ...

    On ne plaisante pas avec les plaies opératoires : pour une guérison rapide, il est nécessaire de connaître les règles et les solutions adaptées. Première étape : créez un environnement sain autour de vous. Pour soigner la plaie, ...

    En savoir plus
  • La plaie, une « rupture » de la peau

    Les plaies sont des lésions qui se manifestent par une ouverture de la peau. Comme si à la superficie du corps s'ouvrait une « déchirure », une lacération. De la petite plaie à la plus grave, on utilise le même mot pour désigner ...

    En savoir plus
Cela pourrait vous intéresser
  • Pansement traditionnel Family

    Un kit de pansements avec compresse antiseptique (chlorhexidine), qui répond aux besoins de toute la famille.

    en savoir plus
  • Sparadrap en toile pour fixation ...

    Un rouleau de sparadrap en tissu adapté aux peaux normales, disponible en deux teintes : blanc et couleur chair.

    en savoir plus
  • Sparadraps pour fixation Sensitive Fix

    Un rouleau de sparadrap aussi doux que de la soie pour fixer les pansements de longue durée sur peaux sensibles.

    en savoir plus